Alexandra Dobbs
Sophrologue et Hypnologue
Alexandra Dobbs
Sophrologue et Hypnologue

Adjugé, vendu ! A combien vous estimez-vous ?

Le verbe "estimer" vient du latin oestimare, "évaluer", dont la signification est double : à la fois "déterminer la valeur de" et "avoir une opinion sur". On pourrait dire que l’estime de soi c’est comment on se voit, et si ce qu’on voit on l’aime ou pas.


Le socle de l’estime de soi
L’estime de soi repose sur trois "ingrédients" : la confiance en soi, la vision (l’image) de soi, l’amour se soi.

  1. L’amour de soi est l’élément le plus important. S’estimer implique un amour de soi "inconditionnel" : on s’aime malgré ses défauts et ses limites, malgré les échecs et les revers. Il n’empêche pas la souffrance ni le doute, mais il permet de résister à l’adversité et de se reconstruire après un échec.
  2. La vision de soi est le regard que l’on porte sur soi. L’important est la conviction que l’on a d’être porteur de qualités ou de défauts, de potentialités ou de limitations. Positive, la vision de soi est une force intérieure qui nous permet d’attendre notre heure malgré l’adversité.
  3. La confiance en soi s’applique surtout à nos actes. Être confiant c’est penser que l’on est capable d’agir de manière adéquate dans les situations importantes. L’estime de soi a besoin d’actes pour se maintenir et se développer.

Ces trois composantes de l’estime de soi entretiennent des liens d’interdépendance.


Un socle qui se construit dans l’enfance
Ce qui construit l’estime de soi c’est d’abord, enfant, de recevoir un amour inconditionnel : est-ce que j’ai grandi dans un bain d’amour inconditionnel, avec ce sentiment qu’on m’aimerait quoique je fasse, que je pouvais prendre des risques, qu’on ne me punirait pas d’échouer. Les aspects éducatifs comptent également : est-ce que mes parents valorisaient mes réussites ? Est-ce qu’ils me critiquaient toujours quand j’échouais ou, au contraire, étaient-ils compréhensifs envers mes échecs ? Et en dernier lieu, quel exemple me donnaient mes parents : étaient-ils toujours dans le doute, dans l’inquiétude du jugement social, dans la peur d’agir ?

Les conséquences d’une faible estime de soi
Les personnes qui souffrent d’une basse estime de soi ont des croyances négatives sur eux-mêmes entretenues par des pensées récurrentes. C’est comme vivre avec un saboteur interne, une "radio interne" qui diffuse en permanence des messages toxiques du type : ce n’est pas la peine, tu vas encore rater, tu n’y arriveras pas, t’es nul, … Ils ne s’acceptent pas imparfaits, se mettent la pression et la recherche de perfection les fait souvent renoncer à agir.


Cette faible estime de soi (ou dans certains cas, une haute estime de soi instable) peut être le terreau d’une série de difficultés : anxiété, procrastination, dépression, troubles alimentaires, anxiété sociale, troubles de l’apprentissage, comportements autodestructeurs ou dépendants (ex : dépendance affective et addictions).

L’estime de soi se répare et s’entretient
Si vous souffrez d'une faible estime de vous, faites-vous accompagner pour sortir de cette spirale négative. Avec la Sophrologie ou l’Hypnose apprenez, par exemple, à vous écouter, à réparer vos blessures, à vous (re)connaître, à identifier et modifier vos croyances négatives et limitantes, à développer de l’empathie pour votre enfant intérieur, à lever les freins à l’action…

 

Ensuite, comme pour un jardin qu’on a défriché et dans lequel on a semé les graines de son estime de soi, entretenez-la au quotidien par vos pensées, vos actions et ce sur quoi vous décidez de porter votre attention et donner de l’importance.


“La bonne estime de soi, ça n’est pas le narcissisme,  se penser magnifique, supérieur aux autres, ce n’est pas du nombrilisme. Et au contraire, ce dont on s’aperçoit, c'est que lorsque les gens progressent en matière d’estime de soi, ça aboutit plutôt à un oubli de soi." (Christophe André)

 

Sources : "Imparfaits, libres et heureux - Pratiques de l’estime de soi" de Christophe André (Odile Jacob),  "L'Estime de soi" de Christophe André, François Lelord (Odile Jacob) - Interview de Christophe André  - Passeport Santé. Crédit photo : rfstudio de Pexels
 

Pour aller plus loin

visage caché derrière sculpture

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.