Alexandra Dobbs
Sophrologue et Hypnologue
Alexandra Dobbs
Sophrologue et Hypnologue

La madeleine de Proust

L’approche des fêtes de fin d’année fait remonter pour chacun des souvenirs, bons ou mauvais. Ces souvenirs se présentent sous forme d’images (décorations, tablées de convives, emballages cadeau..), de sensation (froid de l’hiver, chaleur d’un feu de cheminée…), d’odeur (sapin, épices, bougie…), de sons (musique, rire, conversation…), de saveur (les biscuits de mamie, le vin chaud…). Et inversement, telle la madeleine de Proust, toutes ces sensations font renaître des souvenirs.


L’odorat et le goût aux avant-postes

D’après les scientifiques, les odeurs et le goût seraient plus évocateurs de souvenirs que d’autres sens. Pourtant, l’odorat a toujours été négligé comparé à la vue ou l’ouïe, considérés comme des sens plus vitaux.  En réalité, l’odorat est le seul sens directement lié au cerveau. Plus particulièrement, il est relié à la partie du cerveau qui régit les émotions, le comportement, l’anxiété… Lorsque vous sentez une odeur, il se crée un processus de mémorisation.

S’il a été avant tout conçu pour la détection du danger et la survie, notre odorat est, plus que tout autre sens, intimement connecté à nos émotions et à notre mémoire. L’inhalation, le message odorant parvient jusqu’au cortex olfactif. Tout simplement, celui-ci fait partie du système limbique aussi appelé cerveau émotionnel : c’est le lieu de naissance des émotions, celui qui joue un rôle très important dans le comportement et dans l’activation de la mémoire.

 

Un lien indiscutable entre odorat, émotion et mémoire

Ce lien se caractérise par la capacité des odeurs à générer le rappel de souvenirs autobiographiques puissants et anciens. Une odeur peut nous transporter dans un temps révolu et nous faire revivre un événement de notre enfance riche en émotions, en sensations, en détails divers.  Ainsi, on sait que, par rapport aux souvenirs associés à des images, des sons, des mots, ou des perceptions tactiles, les souvenirs liés aux odeurs sont plus émotionnels et plus vivaces.

De plus, les premiers souvenirs liés aux odeurs sont principalement localisés dans la première décennie de la vie, dans la petite enfance, alors que les premiers souvenirs associés à des sons ou des images sont majoritairement localisés dans l’adolescence et au début de l’âge adulte. Enfin, nous rappelons les souvenirs associés aux odeurs moins souvent que les souvenirs associés à d’autres modalités sensorielles. Ces souvenirs sont alors saisissants ; ils sont surprenants par leur contenu largement oublié et par la fraîcheur des sensations ressenties. Ils sont aussi plus fidèles à l’épisode de vie initial puisqu’ils n’ont pas été remodifiés lors de rappels répétés.


L’existence d’un lien intime entre les odeurs, les émotions et les souvenirs, fait que les odeurs sont de plus en plus utilisées à des fins thérapeutiques. Dans le cadre clinique, des flacons contenant des odeurs sont présentés à des patients ayant subi une atteinte de la mémoire et du langage. Ces odeurs font alors resurgir des souvenirs, des émotions, et libèrent alors la parole du patient.


La perte de l’odorat

Avant, lorsqu’on avait un gros rhume, on « ne sentait plus rien ». Désormais, on sait qu’on souffre d’« anosmie doublée d’agueusie » : la Covid-19 nous aura permis d’enrichir notre vocabulaire ! Mieux encore, elle fait avancer la recherche sur les troubles de l’odorat et du goût, des symptômes pas si anodins que ça.

La perte de l’odorat : c’est tout simplement ça l’anosmie ! Et comme ce sens est indispensable pour bien discerner la saveur de nos aliments, elle est souvent accompagnée d’une perte du goût que les scientifiques nomment « agueusie ». S’il s’agit de symptômes fréquemment ressentis par les personnes atteintes de la Covid-19, on les retrouve associés à d’autres maladies, à commencer par le banal rhume (…).

L’anosmie est bénigne et presque toujours réversible. Néanmoins, tant qu’elle est présente, elle peut considérablement altérer la qualité de vie. Une perte de l’odorat a des répercussions sur la façon dont on se nourrit, sur nos relations sociales et même sur la perception de certains dangers. Une équipe du Centre de recherche en neurosciences de Lyon étudie ces impacts et leur retentissement sur la santé. Elle s’attèle aussi au développement de protocoles pour quantifier les pertes d’odorat et aider les patients à récupérer leurs sensations.

Et si vous vivez actuellement une baisse de l’odorat, notamment en lien avec la Covid-19, vous pouvez aider les chercheurs à faire progresser leurs travaux en répondant à une enquête en ligne  « Comment la perte de l’odorat et du goût affecte-t-elle la qualité de vie ? ». L’objectif de cette enquête, est de mieux comprendre les interactions entre qualité de vie et troubles de l’odorat et du goût, notamment en lien avec l'épidémie de Covid-19.
(Sources : Inserm, Odorat Info,  In-Spir)

 

Sophrologie et hypnose : 5 sens et plus
Les 5 sens sont des piliers incontournables dans l’expérience de l’hypnose et de la sophrologie. On y fait appel pour focaliser l’attention sur les ressentis et sur le corps, canaliser les pensées, faire exprimer le vécu d’une situation passée, présente ou à venir, immerger totalement la personne dans une expérience en état de conscience modifiée. La « spirale sensorielle » est même une technique : la personne est invitée à se focaliser, tour à tour et de manière répétitive, sur ce qu’elle perçoit à travers tous ses sens et elle est entraînée par ce mouvement tournant dans l’état d’hypnose.
On va même plus loin, en travaillant avec 4 autres sens orientés vers une attention interne du corps : la thermoception (température), la nociception (douleur), l'équilibrioception (équilibre), la proprioception (perception musculo-tendineuse et viscérale)… Tout un programme !

Pour aller plus loin...

  • Odorat Info un site d’information sur l’odorat avec une rubrique sur le COVID
  • Pourquoi les odeurs nous rappellent-elles des souvenirs ? Stuart Firestein, professeur de neurosciences à l’université de Columbia, a passé 35 ans de sa vie à étudier le système olfactif. Pour Brut, il revient sur les découvertes qu’il a pu faire. Et si l’odorat pouvait même traiter certaines maladies ? Des recherches sont actuellement menées pour de tenter soigner la maladie d’Alzheimer, par exemple.
  • "Le Parfum", Patrick Süskind : ce roman, devenu un best-seller, raconte comment au XVIIIe siècle vécut, en France, un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille et maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes !

     

#sophrologie #hypnose #bienetre #5sens #anosmie #agueusie #covid #OdoratInfo #enquetecovid

 

Crédits photo : madeleine (Coral-Creation de Pixabay)


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.