Alexandra Dobbs
Sophrologue et Praticienne en Hypnose
Alexandra Dobbs
Sophrologue et Praticienne en Hypnose

Etre ou ne pas être dans son assiette

Avec la belle saison qui approche, les magazines commencent à reprendre leur marronnier de l’été : les régimes… Régime hyperprotéiné, régime hypocalorique, régime dissocié, rééquilibrage alimentaire, soupe au chou, compléments alimentaires… Et voilà l’effet yo-yo qui se profile, juste à temps pour le 6 juin, journée nationale du yo-yo aux Etats-Unis !

Mais si finalement, la clé pour être bien dans son corps cet été (et tout le reste de l’année) résidait plutôt dans l’écoute de celui-ci, réapprendre à être à l’écoute de la sensation de faim, de satiété, dans l’écoute de ses émotions pour ne pas « manger ses émotions » (dixit la chanteuse Jeanne Added*), et connaître ses mécanismes inconscients et ses croyances vis-à-vis de l'alimentation.

Un rapport de l’ANSES** sur "l'évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement", établi en 2010 par un comité d’experts indépendants, a présenté l’inefficacité à long terme des régimes amaigrissants et les risques qu’ils peuvent engendrer sur notre santé en général.

Depuis cette étude, les régimes amaigrissants sont de plus en plus remis en cause. A titre d'exemple, les professionnels regroupés au sein de l’association G.R.O.S. (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids), promeuvent une approche comportementale et cognitive de la diététique et de l'acte alimentaire. Sous la présidence du Dr. Gérard Apfeldorfer, psychiatre, ils notent qu’effectuer un régime, c’est se mettre en état de restriction cognitive (RC), c’est à dire tenter de contrôler son alimentation par un effort de volonté, dans le but de maigrir ou de ne pas grossir et que cet effort est très difficile à maintenir dans le temps. L’état de RC provoque ainsi frustration si le régime est respecté, culpabilité s’il ne l’est pas, et risque d’induire une prise de poids ou une impossibilité à en perdre.

De leur point de vue, tous les régimes, équilibrés ou non :

  • Induisent une reprise de poids bien souvent supérieure à la perte,
  • Aggravent les complications médicales liées au surpoids,
  • Entraînent une mésestime de soi renforcée par les échecs répétés et quasi systématiques de chaque tentative de perte de poids,
  • Installent des troubles des conduites alimentaires ou les amplifient.

Ils proposent de :

  • Traiter la restriction cognitive, c’est-à-dire aider à manger selon ses sensations alimentaires, de tout, sans culpabilité,
  • Reconnaître la souffrance émotionnelle et augmenter la tolérance aux inconforts émotionnels pour faire face à l’impulsivité alimentaire,
  • Faire un travail d’acceptation, d’estime et d’affirmation de soi.

Cette vidéo illustre le propos « Un régime, ça fait grossir » (PsyKonnaissance)

Hypnose, Sophrologie et perte de poids
Dans certaines situations d’obésité, de surpoids ou de prise de poids importante, il peut être nécessaire de perdre du poids accompagné par des professionnels. Hypnose et Sophrologie peuvent soutenir la démarche en permettent entre autres de :

  • Se reconnecter aux sensations corporelles dont la faim et la satiété
  • Connaître ses mécanismes inconscients vis-à-vis de l'alimentation
  • Modifier ses croyances et ses habitudes
  • Modifier la perception de son corps
  • Améliorer l’estime de soi

Et pour conclure, plus de bienveillance et moins de body-shaming envers nos corps et nous-mêmes, pourraient aussi être la clef pour aller mieux (Simonae)

*France Culture 01/06/2020 - **Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

#regime #surpoids #hypnose #sophrologie #GROS #pertedepoids


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.